• Afrique du Sud, Johannesburg 2012, « Le changement c’est maintenant ». / Sondage LH2: Hollande toujours en tête au premier tour / François Hollande à Mayotte et à la Réunion : Ses engagement

    Afrique du Sud, Johannesburg 2012, « Le changement c’est maintenant ».
    Poursuite de la campagne dans la 10ème circonscription des Français de l’étranger
    29/03 au 01/04


    Arrivée à Johannesburg le jeudi 24 en soirée. Accueil par le « staff » de la nouvelle section de Français du Monde-ADFE à Johannesburg. Dîner avec des membres et sympathisants. Vendredi, accueil de la Sénatrice Claudine Lepage, visite du Consulat et du Lycée français, contact avec les collègues enseignants et les syndicats, rencontres avec les responsables d’associations.
    Samedi, réunion publique avec une trentaine de personnes au cours de la création officielle d’une section Français du Monde-ADFE à Johannesburg, visite de l’AFD (Agence Française de Développement) et déplacement à l’Alliance Française à l’occasion de la journée de la francophonie : visite de l’AF et entretien avec le Directeur qui est aussi responsable du réseau des AF sur l’Afrique du Sud et les pays frontaliers. Rencontre avec le Président du Comité de l’AF. Rencontre avec l’ambassadeur de France.
    Dimanche, déplacement à Verenegeen à la rencontre d’une communauté française d’anciens employés d’Usinor-Mital de la localité, aujourd’hui en retraite mais intégrés dans le pays. Réunion avec plus de trente personnes.
    Accueil et échanges très positif, la politique de Sarkozy n’est pas appréciée par nombre de Français en Afrique du Sud, la candidature parachutée d’Alain Marsaud est assez mal ressentie par la droite locale.

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    Sondage LH2: Hollande toujours en tête au premier tour


    François Hollande reste en tête des intentions de vote, à 28,5%, devant Nicolas Sarkozy, stable à 27,5%, mais il perd deux points en quinze jours au profit de Jean-Luc Mélenchon qui, gagnant quatre points à 15%, prend la troisième place, selon un sondage LH2 pour Yahoo! publié dimanche.
    Au second tour, le candidat socialiste l’emporterait avec 54%, malgré un effritement d’un point, face au président sortant (46%).
    Au premier tour, derrière MM. Hollande, Sarkozy et Mélenchon, Marine Le Pen obtiendrait 13,5%, en baisse d’un point par rapport au précédent sondage LH2 publié le 18 mars et François Bayrou 12% (-0,5).
    Viennent ensuite, très loin derrière, Eva Joly, à 2% (-0,5), Philippe Poutou, Nathalie Artaud et Nicolas Dupont-Aignan, à 0,5% chacun, et Jacques Cheminade (0%).
    17% des sondés n’ont pas exprimé d’intention de vote au premier tour et 21% au second.
    Sondage réalisé par téléphone les 30 et 31 mars auprès d’un échantillon représentatif de 973 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas)


    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888


    François Hollande à Mayotte et à la Réunion : Ses engagements pour les Outre-mers


    François Hollande est le 31 mars et le 1er avril à Mayotte et à la Réunion.
    Le 10 mars à Paris Il y présentait sa vision de ces territoires et surtout ses 30 engagements pour que les Outre-mers soient pleinement dans une République qui leur donne toute leur place. Retrouvez ses principales propositions ici. A cette occasion, il a également présenté une proposition symboliquement forte : la suppression du mot "race" de la Constitution française (pour en savoir plus sur cette proposition c'est par ici). Retrouvez notre dossier avec les propositions du candidat pour les Outre-mers, déclinées territoire par territoire.
     La lettre de François Hollande aux Outre-mers :
     Il y a quelques semaines, j'ai présenté mes 60 engagements pour la France.
    J'ai exprimé mon désir d'un changement, d'un vrai changement. J'en ai exposé les grands axes : le redressement, bien sûr, sans lequel rien ne sera possible, mais également la justice, l'espoir et une République exemplaire. J'ai précisé mes priorités : l'emploi et la jeunesse.
    Ces priorités sont encore plus nécessaires outre-mer, après un quinquennat marqué par la stigmatisation, le désengagement budgétaire, l'augmentation du chômage et la vie chère. Elles en appellent d'autres, plus spécifiques, liés à la diversité des outre-mers et à la situation de chaque collectivité pour mettre en œuvre un véritable développement solidaire.
    Je sais combien les outre-mers sont importants pour la République, en particulier pour la diversité humaine et culturelle qu'ils confèrent à la Nation. Je sais aussi combien les discours qui stigmatisent les Ultramarins, en les présentant comme des assistés, sont injustes et blessants.
    C'est autour d'une toute autre vision des outre-mers que je veux rassembler les Français, une vision ouverte et fraternelle qui ne les condamne pas au repli sur eux-mêmes sous-couvert d'un développement « endogène » qui sert en réalité à justifier la remise en cause de la solidarité nationale.
    Je veux que les outre-mers soient pleinement dans une République qui leur donne toute leur place. Je veux respecter leurs choix. Je veux que la République soit fière de leur diversité. Je ne prétends naturellement pas évoquer tous les sujets tant les questions sont nombreuses et complexes. Mais je veux témoigner ici à mes compatriotes des outre-mers que leurs problèmes seront traités avec attention, dans le respect de leurs spécificités et dans le souci de la plus grande équité.
    Les engagements pris au plan national, mais également ceux qui suivent, valent dans leur immense majorité pour les collectivités relevant de l'article 73 de la Constitution. Ils s'appliquent aux autres entités ultramarines sous réserve de leurs compétences propres.
    François HOLLANDE


    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888


    Discours de Nicolas Sarkozy sur les jeunes: le vide ne masquera pas l’échec


    Dimanche 1 avril 2012 - Communiqué de presse, Jeunesse
    Communiqué de presse de Vincent Peillon, Responsable du pôle Education, Jeunesse, Enseignement supérieur et Recherche et Laurianne Deniaud, Responsable jeunesse
     Nicolas Sarkozy à une nouvelle fois montré hier devant les jeunes UMP à quel point il est déconnecté de la réalité des jeunes de notre pays.
    Incapable d’apporter des réponses concrètes aux problèmes de la jeunesse de France, le candidat sortant a essentiellement porté des constats grandiloquents sur le bonheur, l’humanité, la morale, la civilisation, l’amour et la beauté, la culture. Les jeunes de France n’attendent pas qu’on les berce d’envolées lyriques paternalistes, ils veulent du concret.
    Sa seule proposition en 45 minutes de discours pour une “Banque des jeunes”, sans qu’aucune modalité n’en soit détaillée, montre l’acharnement de la droite à construire des dispositifs spécifiques alors que les jeunes ont surtout besoin d’un accès égal à l’emploi, à la formation et aux banques existantes.  On peut s’interroger sur le but réel de cette proposition : est-ce un pas vers l’endettement des jeunes comme modèle de financement des études ?
    Le candidat de 2012 a totalement ignoré les priorités des jeunes. Il a donc passé sous silence tout ce qu’il promettait pourtant aux jeunes en 2007.
    Alors qu’il est le président de la hausse du chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy n’a ainsi pas une seule fois évoqué le taux de chômage historiquement élevé, la précarité dans l’emploi, n’a pas proposé une seule solution aux difficultés d’accès au logement des jeunes, ni sur la difficulté d’accéder aux soins. Il n’a pas non plus évoqué une seule solution pour les banlieues, lui qui avait pourtant promis en 2007, un grand plan Marshall.
    N’étant pas à une contradiction près, le candidat sortant a même fustigé, dans une énième envolée caricaturale sur l’assistanat, le RSA Jeunes que son propre gouvernement a mis en place en 2010.
    A moins de 30 jours de l’élection, le programme de Nicolas Sarkozy n’est pas encore écrit semble-t-il. La place des jeunes est déterminante pour l’avenir de notre pays, et seul François Hollande propose, par des dizaines de mesures concrètes, de faire à la jeunesse la place qu’elle mérite.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :