• Campagne Présidentielle 2012 : Sarkozy-Libye : Témoignage glané sur mon blog / Edwy Plenel, le patron de Mediapart, contre-attaque / Slate.fr Sarkozy accusé de xénophobie par le magazine américa

    Campagne Présidentielle 2012

    Témoignage glané sur mon blog

     Avec Sarko, la politique « pue »!

     Tu aurais raison d'être confiant s'il s'agissait d'un combat politique. mais les partisans de Sarko se sentant battus pataugent dans les écuries d'Augias C'est ainsi qu'ils préfèrent se vautrer dans une resucée d'affaire DSK plutôt que de répondre au camouflet que Bruxelles vient d'infliger à Sarko en demandant comme le demande Hollande que l'on complète le traité de rigueur par un traité de croissance. Il me semble que cette question est plus importante que celle des troubles sexuels de DSK qui ne représente plus rien en politique ; C’est pourtant sur DSK que titrent les journaux de droite, que glosent les chaînes liées à TF1. Il y a de nombreux journalistes qui se proclament journalistes d'opinion et qui ne sont que des fouilles merdes sans doute payés par l'UMP or par cette merde aux relents des années trente on peut craindre que les citoyens français se laissent pervertir dans l’isoloir. Je suis très inquiet et j'adjure tous les français qui composent la diversité de la Gauche d'aller voter dimanche rien n'est gagné quant l'animal blessé est capable de toutes les ruses et de tous les coups bas. Attendons le débat de Mercredi ou Sarko va chercher à déstabiliser Hollande par tous les moyens et nous savons quels sont les moyens les plus bas que cet individu est capable de mettre en œuvre. Avec Sarko la politique pue. Vigilance et mobilisation

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    RTL. fr

    Sarkozy-Libye : Edwy Plenel, le patron de Mediapart, contre-attaque

    Créé le 29/04/2012 à 17h45

    "Nous nous attendions à ce démenti contraint de Bachir Saleh, un homme de tout premier cercle du dictateur Kadhafi, qui se trouve aujourd'hui à Paris sous la protection des autorités françaises malgré sa longue compromission auprès de M. Kadhafi". Edwy Plenel, le fondateur du site d'information Mediapart, qui affirme que la Libye a accepté de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a appuyé les informations dévoilés par ses journalistes malgré le démenti de l'ancien ex-président du Fonds libyen des investissements africains et ex-directeur de cabinet de Kadhafi.

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    Slate.fr

    Sarkozy accusé de xénophobie par le magazine américain Time

    Le prestigieux magazine américain Time s’insurge contre Nicolas Sarkozy. Le journaliste Bruce Crumley écrit dans un article paru sur le site du magazine intitulé «La xénophobie de Sarkozy: le Président français flatte l’extrême droite»:

    «La croissance économique de la France ralentit, le chômage augmente, la Grèce menace toujours de faire faillite, et l’euro, déstabilisé par la crise mais un peu plus rassurant ces derniers temps, n’est toujours pas sorti de sa crise existentielle. Malgré cette liste de graves problèmes qui inquiètent les électeurs français à l'approche de la présidentielle, le Président en campagne Nicolas Sarkozy a déclaré cette semaine que le premier sujet de préoccupation des Français, c’est la viande halal. Ha bon?»

    Le journaliste continue:

    «Peu importent les sondages qui montrent que les problèmes économiques et le chômage sont bien plus importants aux yeux de l’opinion dans le choix du prochain dirigeant, Sarkozy a même déclaré mardi soir que le vrai problème de la France est que "nous avons trop d’étrangers". Son père, immigré hongrois, est prévenu. […]

    Beaucoup de commentateurs interprètent ce rapprochement avec les positions de l’extrême-droite comme une tentative cynique et désespérée d’attirer de nouveaux partisans dans sa difficile campagne. Mais si cette stratégie a peut-être été vitale à sa victoire de 2007, elle ne semble pas suffire à retourner une situation mal embarquée en 2012.»

    Pour l’auteur de l’article, paru jeudi 8 mars sur le blog spécialisé dans la politique dans le monde de Time, le candidat de l’UMP «fait les yeux doux au Front national» et «flatte un camp considéré par beaucoup comme xénophobe, voire raciste». Alors même si Sarkozy est réélu, «il n’aimera sûrement pas les regards de dégoût que lui jettera la moitié du pays au cours des cinq prochaines années», conclut-il.

    Ce n’est pas la première fois qu’un grand média américain accuse Nicolas Sarkozy de xénophobie. En août 2010, alors que le Président venait de proposer que la nationalité française puisse être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme, ou de tout autre dépositaire de l'autorité publique, le New York Times écrivait dans un éditorial titré «Xénophobie: chasser les non-Français»:

    «Nicolas Sarkozy, qui aime se faire appeler Sarko l’Américain, flatte de dangereuses passions anti-immigrées pour son gain politique à court terme.»

    888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    L'affaire des sondages de l'Elysée refait surface

    Par LEXPRESS.fr, publié le 30/04/2012 à 16:11, mis à jour à 16:31

    Le militant écologiste Raymond Avrillier, qui a reçu les sondages commandés par l'Elysée entre 2007 et 2009, dénonce des "irrégularités" et une "ivresse sondagière" de Nicolas Sarkozy. 

    Le militant écologiste grenoblois Raymond Avrillier a bien reçu sur injonction de la justice des documents concernant les sondages commandés par la présidence de la République entre 2007 et 2009. Après étude, ce dernier a dénoncé celundi des "irrégularités" et "l'ivresse sondagière" de Nicolas Sarkozy.  

    "264 sondages pour un montant de 6,35 millions d'euros ont été commandés par la présidence de la République entre juin 2007 et juillet 2009 dont certains ont été clairement utilisés par l'UMP notamment en vue de l'élection présidentielle de 2012", a annoncé à Grenoble lors d'une conférence de presse Raymond Avrillier, qui assure n'avoir "obtenu que 134" de ces documents.  

    Raymond Avrillier, connu pour avoir provoqué la chute de l'ancien maire de Grenoble Alain Carignon (UMP), avait saisi en 2009 en tant que simple citoyen le tribunal administratif de Paris, qui avait enjoint le 17 février dernier la présidence de la République de communiquer les conventions d'études et les factures des sondages qu'elle a fait réaliser entre 2007 et 2009. Sa demande s'appuyait sur la loi du 17 juillet 1978 qui favorise l'accès aux documents administratifs.  

    Ces sondages "ne relèvent pas de la conduite de l'Etat"

    L'écologiste affirme, par ailleurs, ne pas avoir reçu les bons de commandes de sondages "indirects" commandés par l'intermédiaire des cabinets d'études Publifact, PubliOpinion et Giacometti lequels n'ont, en outre, jamais été mis en concurrence comme le prévoit la loi, d'après lui. "Cette surfacturation potentielle par ces intermédiaires soulève la question d'une sortie irrégulière d'argent des caisses de l'Etat", avance l'ex-élu grenoblois, alors que ces prestations ont été facturées 2,98 millions d'euros au total à Publifact et PubliOpinion et 1,38 million à Giacometti Péron, détaille-t-il.  

    Après la publication d'un rapport de la Cour des comptes épinglant l'Elysée sur des facturations d'études d'opinion, la cour d'appel de Paris s'était opposée, en novembre 2011, à ce qu'un juge d'instruction enquête sur le contrat, sans mise en concurrence, conclu en 2007 entre l'Elysée et Publifact pour la réalisation de sondages.  

    Raymond Avrillier, qui a reçu quatre cartons de documents, s'amuse d'avoir pu obtenir la copie de "nombreux" sondages en 2008 concernant la liaison du président avec sa future épouse. "Que pensez-vous de son mariage possible avec Carla Bruni ?", interroge l'un d'eux, ce qui fait dire au militant que ces sondages "ne relèvent pas de la conduite de l'Etat". 

    Il a déposé des recours auprès du tribunal administratif de Paris pour que lui soit communiqués les documents manquants, et a formulé également une nouvelle demande pour obtenir les documents des années 2010, 2011 et 2012. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :