• Français de l’Etranger et nouvelles de la 10ème circonscription / L'UMP sans imagination / Présent au Liban à la demande de François Hollande Laurent Fabius : La France maintiendra le continge


    Français de l’Etranger
    et nouvelles de la 10ème circonscription

    L'UMP sans imagination

    Convention UMP « Pour un nouveau patriotisme économique,  la France et l’Europe dans la mondialisation » 25/01/2012 :

    Propositions de l’UMP récemment publiées :
     « Une politique d’influence favorable à nos exportations est nécessaire, avec trois objectifs :
    1) Renforcer nos capacités en matière de coopération technique, grâce au rapprochement des opérateurs publics au sein d’une seule agence de coopération technique internationale ;
    2) Transmettre nos savoir-faire, par la mise à disposition de salariés expérimentés dans le cadre de « VIE Seniors » ;
    3) Former les hast potentiels du monde entier, en accueillant des étudiants et des jeunes actifs dans le cadre d’un contrat à durée déterminée spécifique, qui doit être créé en lien avec la carte bleue européenne et comporter un volet formation important »

    Notre avis

    1) Concernant le rapprochement des opérateurs publics au sein d’une seule agence de coopération technique internationale :

    En plus du dernier né France Expertise Internationale (EPIC crée en 2011, sous tutelle du MAEE, consacré à l’expertise internationale et à l’ingénierie de projet dans le cadre de la réalisation des objectifs du Millénaire, il existe au moins de 8 autres opérateurs publics français dit de coopération technique internationale qui pourraient être regroupés dans une agence unique :
    -    Acojuris, Agence de coopération juridique internationale, créée en 1998, mandatée par ministère de la Justice. 2012  GIP Justice Coopération Internationale.  expertise dans le domaine juridique et judicaire. Justice et état de droit.
    -    Adecia, Agence pour le développement de la coopération internationale dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux, créée en juillet 2007.
    -    Adecri, opérateur de coopération technique, créé en 1995, expertise en matière de protection sociale.
    -    Adetef, opérateur de coopération technique internationale des ministères de l’économie, budget et développement durable, créé en 1981 (GIP en 2002). Compétent pour les finances et la gestion publique (fiscalité, modernisation de l’état…), conduite de l’économie (gestion de la dette, protection du consommateur…) et développement économique durable (économie numérique, politiques énergétiques…)
    -    Civipol Conseil, société de conseil et de service du ministère de l’Intérieur français. Créée en 2001. Compétente dans le domaine de la Sécurité intérieure, protection civile et gouvernance publique.
    -    FVI France Vétérinaire International, GIP.
    -    GIP International assistance technique internationale dans les domaines du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle, des migrations et du co-développement.
    -    Sfere Société française de l’exportation des ressources éducatives. Créée en 1984. Éducation, enseignement, formation, mobilité étudiante…

    Le but affiché par l’UMP est le renforcement des capacités en matière de coopération technique.
    Mais le regroupement de ces différents opérateurs n’est pas pertinent étant donné qu’ils ont des missions (secteurs d’activités) différentes, qu’ils sont rattachés à des ministères différents, qu’ils ont des histoires et des moyens de fonctionner différents.  Quels seraient les avantages de cette fusion ?

    Quelle sera la place de l’AFD ? Fera-t-elle partie de cette agence de coopération technique internationale ? Aurait-elle la tutelle ou bien absorberait-elle ces différentes institutions ?
    Quelle sera la place de FEI dans cette grande structure ?
    Qui la dirigera ? Comment sera-t-elle organisée ?

    Une comparaison avec la fusion du médiateur de la République, de la Halde, du défenseur des enfants et de la CNDS dans le Défenseur des droits plaide contre ces grands regroupements qui sous prétexte de cohérence et de visibilité désorganisent le tout.

    2) Concernant le VIE SENIOR


    Le volontariat international en entreprise s’adresse actuellement aux jeunes de 18 à 28 ans.
    L’UMP propose de l’étendre aux seniors pour deux raisons :
    -    Dans le cadre d’une transmission des savoir-faire : Ce « VIE Senior » permettrait de mettre à disposition des compétences au service d’entreprises issues des pays les moins avancés. Ce système d’échanges permettrait pour un coût faible de favoriser un transfert de compétences dans les pays les moins développés. Bien entendu, ce dispositif viserait surtout des entreprises n’ayant pas vocation à concurrencer le tissu économique français.
    Mais il existe de nombreuses associations qui mettent à dispositions des seniors gratuitement dans les pays en voie de développement.

    -    Pour lutter contre le chômage des seniors : Pour des seniors en deuxième partie de carrière qui peinent à faire reconnaître leurs expériences en France, cela peut être l’occasion de développer de nouvelles compétences à l’international, compétences qui pourraient ensuite être réutilisées, notamment pour renforcer les stratégies d’export des entreprises françaises.

    Cette idée peut être intéressante pour certaines personnes qui souhaiteraient finir leur carrière à l’étranger. Mais elle ne s’adresse qu’à des personnes donc l’expérience est pertinente pour ces pays, qui parlent une langue étrangère…donc peu de gens (peu de jeunes partent en VIE). De plus, elle pose plusieurs problèmes car le VIE a été conçu pour des personnes jeunes et débutantes dans la vie professionnelle.
    -    Normalement les VIE s’adressent à des jeunes sans expérience professionnelle donc leur rémunération est faible. En fait pas vraiment de rémunération mais une indemnisation (une part fixe de 600 euros puis une part variable selon les pays).
    Cette indemnisation n’est pas soumise aux cotisations sociales, donc le volontaire à son retour en France ne peut bénéficier de l’assurance-chômage.
    -    Les VIE sont des postes à durée déterminée (24 mois maximum, 6 mois en général).
    -    Contrat exonéré de charges sociales, non imposables.
    Ces conditions ne sont pas transposables à des seniors.
    Enfin, n’y a-t-il pas un risque que les entreprises préfèrent des personnes avec de l’expérience et que donc les jeunes accèdent plus difficilement aux postes VIE ?
    La critique principale est que cette « mesurette » ne peut pas répondre au problème du chômage des seniors. Alors que les seniors et les jeunes sont les plus frappés par le chômage (le taux de chômage chez jeunes de moins de 25 ans atteint 23% et le taux d'emploi de la tranche d'âge 55 ans-64 ans est inférieur à 40%).

    François Hollande propose un contrat de génération qui permettra de valoriser l’expérience et les avoirs faire des seniors, de les maintenir dans l’emploi sans nuire à l’accès à l’emploi des jeunes.
    Le dispositif du contrat de génération proposé par F. Hollande : chaque employeur qui accepte de conserver un senior le temps qu’il accède à ses droits à la retraite à taux plein et qui en même temps embauchera un jeune sera exempté de cotisations sociales sur ces deux emplois. La mesure sera financée par un redéploiement des exonérations de cotisations sociales.


    3) Concernant l’accueil des étudiants et des jeunes actifs

    Ca ne manque pas de sel !
    Alors que les étudiants diplômés de niveau master et plus se retrouvent aujourd’hui sans papiers ou expulsés à cause de la fameuse circulaire du 31 mai du Ministère de l’Intérieur (sa révision de janvier est insuffisante et le problème demeure), voilà que l’UMP propose de former les hauts potentiels du monde entier.
    Comment le projet de l’UMP peut-il prôner à ce point l’exact opposé de la politique menée par le gouvernement ?
    Il semble que l’UMP ait compris la nocivité en termes d’attractivité pour l’enseignement supérieur français de la circulaire du 31 mai et tente aujourd’hui de rectifier discrètement le tir, dans l’hypocrisie.

    Il en est de même avec la proposition relative à l’accueil de jeunes actifs hautement qualifiés dans le cadre d’un CDD. Cette proposition sonne le retour au slogan de la dernière campagne présidentielle, « l’immigration choisie ». Mais elle est surtout en totale contradiction avec la politique du Gouvernement qui vise à réduire l’immigration professionnelle comme en témoigne la baisse de 26% concernant les titres de séjour délivrés à de nouveaux salariés étrangers entre 2010 et 2011 (12 400 en 2010, 9 100 en 2011).

    88888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    Présent au Liban à la demande de François Hollande


    Laurent Fabius : La France maintiendra le contingent de la Finul au Liban Sud


    Laurent Fabius, ancien Premier ministre français et ancien Président de l’Assemblée nationale, a réaffirmé l’engagement de la France vis-à-vis du Liban, mettant l’accent sur les liens historiques et affectifs qui relient les deux pays.

    Il a indiqué qu’en cas d’élection de François Hollande, le contingent français au sein de la Finul sera maintenu, la France tenant `à aider le Liban à préserver son intégrité territoriale. Nous tenons à l’amitié entre le Liban et la France, une  tradition ancienne, quelque soient les gouvernements en place, a-t-il dit, rappelant son attachement à l’unité et à la souveraineté du Liban, au respect des minorités et au respect des frontières. L’engagement Français au sein de la Finul sera maintenu, a t’il annoncé.

    Monsieur Laurent Fabius, en visite au Liban à la demande de François Hollande, candidat socialiste aux prochaines élections présidentielles françaises, a tenu ces propos lors d’une conférence de presse à l’Hôtel Gabriel.

    M. Fabius a indiqué que la France est satisfaite du fait que le Liban a tenu ses engagements vis-à-vis de la communauté internationale en ce qui concerne le financement  du TSL.
     
    Evoquant la situation en Syrie, il a affirme avec vigueur l’impossibilité d’accepter la situation  présente de  ce pays, où l’on compte des milliers de morts depuis mars dernier. Il a mis l’accent sur le projet de résolution en cours de discussion au Conseil de sécurité. « Ceci ne résoudra pas les problèmes mais permettra  d’arrêter les massacres et donnera les moyens d’aller vers une solution. La priorité absolue est d’arrêter cet insupportable cortège de morts », a-t-il noté.
     
     M. Fabius a évoque avec la représentante de l’UNHCR au Liban,  le problème des réfugiés syriens dont le nombre atteint déjà 6000 personnes enregistrées, ce chiffre étant susceptible  d’augmenter dans un proche avenir. Il a mis l’accent sur « l’action positive du gouvernement libanais dans l’accueil des réfugiés syriens ».

    Il a déclare comprendre « la position adoptée par le Liban dans la crise syrienne, compte tenu de la situation géographique, des relations historiques entre les deux Etats ainsi que de la diversité de la population ». 

    En réponse à une question relative au printemps arabe,  M. Fabius a souligné qu’il s’agit d’un processus par étapes. Après la phase de la libération, les élections ont  donne des résultats très favorables aux islamistes : un tel resultat peut se comprendre, car la réaction des personnes qui ont été opprimées est de voter pour ceux qui ont été les victimes des dictatures. On ne peut encore préjuger de  ce que sera la phase de stabilisation dans les domaines politique, économique et social.
     
    Au-delà des élections, condition nécessaire, mais non suffisante, la démocratie exige le respect de règles constitutionnelles, des minorités, des droits de l’Homme, des droits de la femme,  ainsi que la liberté de presse, a-t-il souligné.

    Le rôle d’un pays comme la France est d’accompagner ce mouvement tout en étant très vigilants, a-t-il poursuivi.


    En ce qui concerne la circulaire Guéant, interdisant aux étudiants étrangers ayant suivi des études en France de travailler dans ce pays d’accueil, il a noté que la gauche au pouvoir dira cette circulaire nulle et non avenue, notamment parce qu’elle fait obstacle au rayonnement de la France à l’étranger.

    La gauche au pouvoir s’attachera à traiter des problèmes sensibles pour  les Français de l’étranger, comme un meilleur accès aux aides sociales et aux bourses scolaires.

    Dans ce cadre, M. Fabius a manifesté son soutien à la première secrétaire de la section PS au Liban, Rita Maalouf, présente à la conférence de presse. Mme Maalouf est la candidate suppléante de Jean Daniel Chaoui, candidat du Parti Socialiste aux élections législatives dans la Xème circonscription des Français de l’étranger. 

    Etait également présent à la conférence, Loïc Hennekinne, ancien secrétaire général du G.7, ancien conseiller diplomatique du président français François Mitterrand et ancien secrétaire général du Quai d’Órsay.

    Rencontre avec un groupe de Français du Liban

    A l’issue de la conférence de presse, l’ancien Premier ministre français s’est réuni avec un groupe de Français, dont une délégation du PS français au Liban.

    Lors de son séjour de 48 heures à Beyrouth, M. Fabius  a été reçu par  le président de la République, Michel Sleiman, le président de la Chambre, Nabih Berry, et le Premier ministre, Nagib Mikati. L’ancien président de l’Assemblée nationale s’était aussi entretenu avec le chef du PSP, Walid Joumblatt, ainsi qu’avec d’autres personnalités libanaises, dont divers représentants du Mouvement du 14 Mars.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :