• Nouvelles de la 10ème circonscription des Français de l’Etranger : Pour le gouvernement français, les étudiants étrangers sont « Persona non grata » / TOGO-FRANCE-LEGISLATIVES Election/Légis


    Nouvelles de la 10ème circonscription des Français de l’Etranger

    Pour le gouvernement français, les étudiants étrangers sont  « Persona non grata »

    Le gouvernement Sarkozy-Fillon-Guéant poursuit sa politique xénophobe plus ou moins larvée. Après les immigrés, après les Roms, il s’en prend désormais aux étudiants étrangers.
    Une première circulaire du ministre de l’Intérieur Guéant du 31 mai 2011 interdit en pratique aux étudiants étrangers séjournant régulièrement en France, et y ayant obtenu un diplôme, de changer de statut et d’obtenir un visa leur permettant d’exercer une première activité professionnelle dans notre pays. Par cette circulaire, les étudiants étrangers sont donc incités à aller étudier dans d’autres pays plutôt qu’en France, notamment en Allemagne, aux Etats-Unis ou au Canada, bien plus accueillants.
    Après la publication de cette circulaire, de nombreux diplômés étrangers qui avaient été recrutés dans des entreprises françaises n'ont pas pu obtenir un changement de statut (d'étudiant à salarié) et ont donc été licenciés .
    Aggravant ce contresens politique, économique et culturel, un décret du 6 septembre 2011 limite l’accès des étudiants étrangers aux universités et écoles supérieures françaises en augmentant de 30% le seuil de ressources exigé d’eux pour la délivrance d’une carte de séjour. Ce seuil passe ainsi de 430 euros à 615 euros par mois.
    Ces deux textes et la politique xénophobe qui les sous-tend ont suscité en France une très grande mobilisation des étudiants concernés mais également de l’UNEF, principal syndicat étudiant et du monde de l’enseignement et de la recherche. François Hollande et le Sénat où les socialistes et leurs alliés sont désormais majoritaires se sont joints à ce mouvement pour demander le retrait des textes.
    Devant cette mobilisation, le gouvernement qui entendait par ses textes chasser l’électeur sur les terres du Front National a compris, mais un peu tard, que ses décisions étaient contre-productives, électoralement. Il y avait plus à perdre qu’à gagner  sur ce plan là.
    C’est ce que Laurent Wauquiez, ministre de l’enseignement et de la recherche exprima crûment en ses termes le 17 décembre 2011 sur France 2 : « On s’est plantés, il faut le dire clairement ».
    D’où un troisième texte, une nouvelle circulaire du 12 janvier 2012, qui n’annule pas la précédente mais veut donner l’impression de l’assouplir par les instructions qu‘elle donne aux préfets pour l’application de la précédente.
    Selon cette nouvelle circulaire, après obtention d’un diplôme de niveau master 2, les étudiants étrangers pourront obtenir des services préfectoraux une autorisation provisoire de séjour pendant six mois à compter de la date de décision du jury de diplôme. S'ils ont décroché une promesse d'embauche, ce titre de séjour autorisera l'exercice d'une première activité professionnelle.
    Pour le changement de statut (d'étudiant à salarié), la circulaire donne les instructions suivantes aux préfets: «vous veillerez à examiner avec discernement les demandes qui vous sont adressées, de sorte que la nécessaire maîtrise de l'immigration professionnelle ne se fasse pas au détriment de l'attractivité du système d'enseignement supérieur, ni des besoins de nos entreprises en compétences spécifiques de haut niveau.»
    Pour les étudiants concernés, pour l’UNEF, le nouveau texte, trop vague, laisse place à l’arbitraire préfectoral et aux instructions qu’ils reçoivent du ministre de l’intérieur. Ils continuent donc à demander le retrait des circulaires.
    « Ces évolutions ne sont pas satisfaisantes, c'est au final encore une fois la logique du cas par cas qui prime sur l'établissement de règles claires garantissant les mêmes droits pour tous », a déclaré l'UNEF, qui va proposer des mobilisations dans les universités pour obtenir le retrait de la circulaire.
    Au Parti Socialiste, nous partageons ce sentiment, exprimés notamment par le député Alain Claeys, responsable de l’enseignement supérieur dans l'équipe de François Hollande, « c'est trop peu et trop tard […] parce cette circulaire est devenue pour des millions d'étudiants étrangers le symbole d'une France qui ne souhaite plus les attirer sur son sol. C'est pour cette raison que ce texte n'a pas besoin d'être rapiécé, mais supprimé ».
    Candidat du parti socialiste dans la 10ème circonscription des Français de l’étranger, nous demandons le retrait des deux circulaires Guéant et du décret du 6 septembre 2011.


    JD Chaoui, candidat titulaire,
    Rita Maalouf, candidate suppléante

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    De : AGENCE SAVOIR NEWS
    Envoyé : mercredi 15 février 2012 23:05
    Objet :  TOGO-FRANCE-LEGISLATIVES
    SAVOIR NEWS
    Agence de presse privée
    Lomé - TOGO
     
     
    TOGO-FRANCE-LEGISLATIVES
    Election/Législatives en  France: Jean-Daniel Chaoui accompagné du sénateur français Richard Yung, en campagne à Lomé

    LOME, 15 février/2012 (Savoir News) - Richard Yung, le sénateur français établi hors de France séjourne à Lomé. Il est accompagné de Jean-Daniel Chaoui, candidat aux élections législatives des députés de l'étranger.
    Les deux hommes étaient face mercredi soir aux français établis à Lomé, rencontre au cours de laquelle M.Chaoui a profité pour battre campagne, a constaté l'Agence Savoir News.
    M.Chaoui est candidat du parti socialiste, à la 10ème circonscription française de l’étranger.
    Selon lui, il est essentiel que les français de l’étranger soient représentés à l’Assemblée nationale, car dans le système législatif français, cette assemblée constitue avec le Sénat le parlement décisionnel.
    "C’est à l'Assemblée nationale que la plupart des lois sont adoptées ou rejetées en dernier ressort. Lorsqu’une loi est à l’étude, concernant la nationalité, la fiscalité, pour ne prendre que deux sujets difficiles avec certains députés de la majorité, personne ou presque n’est présent à l’Assemblée nationale pour exposer la réalité de nos situations à l’étranger et protéger nos intérêts particulier", a-t-il indiqué.
    Pour M.Chaoui, le rôle du député des Français de l’étranger pour une circonscription, est de s’emparer de sujets et de peser sur le gouvernement pour que leurs intérêts soient pris en compte comme ceux de l’hexagone.
    "Comme vous le savez, le service public de l’enseignement français à l’étranger est assuré par un réseau de 485 établissements, dont 174 en Afrique, 120 en Europe, 103 en Asie Océanie et 88 en Amérique répartis dans 133 pays accueillant 306 00 élèves, un effectif en progression. Pour nous Français de l’étranger, l’accès de nos enfants au service public de l’enseignement français est une question fondamentale, et tout particulièrement dans les pays où la qualité du système éducatif est très éloignée des standards auxquels nous aspirons pour nos enfants. Nous voulons une école accessible et de qualité", a-t-il soutenu.
    Ce que la Gauche souhaite, a-t-il poursuivi, c’est le rassemblement de la classe moyenne et de la basse classe.
    Certains participants à cette rencontre n'ont pas manqué d'afficher leur satisfaction, après l'exposé de M.Chaoui.
    Selon Jeanne Lebrun, Française résidente à Lomé, la rencontre avec le candidat du PS est très importante dans la vie des Français ici à Lomé, car cela a été une occasion de bien comprendre la politique du PS et de comprendre l’importance du vote des Français de l’étranger.
    "Nous sommes des Français, et bien que nous soyons hors de la France et il est important qu’on prenne en compte nos préoccupations, surtout celle du regroupement familiale", a-t-elle.
    Pour rappel, la 10ème circonscription électorale des Français de l’étranger regroupe 43 pays dont le Togo. Cette circonscription élira pour les prochaines législatives 11 députés.

    Nicolas KOFFIGAN
    Savoir News, le journalisme est notre métier
    www.savoirnews.net, le meilleur site Internet de l’année 2011


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :